Chapitre 1

 

 


20-07-2017_23-53-17

Nous sommes rentrées vers vingt-et-une heures. Ma mère ne m'a pas accordé un mot et s'est enfermée pour aller dormir. Elle a tout autant le coeur brisé que moi. Peut être qu'elle est toujours en colère, je ne sais pas trop. J'ai enfilé mon pyjama. Il est l'heure d'aller dormir. Quelques larmes continuent à couler sur mes joues, je serre les poigns. Je souffre. Ma chambre est habituellement mon lieu de paix, ma cachette, là où j'oublie mes soucis. Je me retiens de jeter un coussin sur la fenêtre. Je prend plutôt la sage décision d'aller dormir. 

 

20-07-2017_23-54-45

Je m'étend sur mon lit douillet tout en sanglotant. Foutu accident... Papa, pourquoi tu m'as abandonnée...? Pourquoi ce fichu chauffard a dû te tuer toi ? Tu n'as jamais été une mauvaise personne. Je suis seule. Je suis endeuillée. Désormais, comment vais-je faire, sans toi ? Est-ce que j'aurais dû mourir pour sauver la vie de mon père...? Je ferais tout pour revenir en arrière, et lui dire que je l'aime de toute mon âme.

Mes paupières se closent, et je m'envole dans mes cauchemars. La tombe de mon père, ma mère en larme, toutes ces images me reviennent en tête.


 

Le lendemain matin ; 9h00 :

20-07-2017_23-58-04

 Je me réveille assez tôt, ce dimanche matin. J'arrive à me traîner jusqu'au frigo. Je rempli un bol de yaourt et un verre de lait, puis m'installe à la table. Je peine à avoir de l'appétit avec ce qu'il s'est passé. Aujourd'hui, Papa et moi, nous devions aller au Marché au Puces... Mais...

20-07-2017_23-58-48

 

Ma mère arrive dans la cuisine et me jette un coup d'oeil. Elle a l'air assez déprimée, elle aussi. Nous avons perdu l'homme que toutes deux nous aimions. J'ai envie de hurler ma tristesse au monde entier.

- Tu n'en as pas marre, de manger tes cochonneries...? Si tu veux garder la forme, prend un bol de flocons d'avoine Iris.

- Ce n'est pas des cochonneries, le yaourt à la fraise... je murmure en un soupir.

 

21-07-2017_00-00-33

 

Maman s'installe en face de moi, son bol de "produits équilibrés" en face d'elle. Je baisse les yeux tristement en avalant une gorgée de lait frais. J'ai du mal à avaler ce que j'ai en face de moi. Avant, Papa m'autorisait à manger ce que je voulais, il me faisait confiance ! Une idée me passe dans la tête. Papa serait fier de voir que je vais à ce vide-grenier. Ou peut être qu'il ne peut pas me voir. Mes yeux se remplissent de larmes, mais j'arrive à me retenir. Je demande :

- Maman, il y a ce marché au puces en ville... Papa m'avait proposé d'y aller, allors... J-je peux y aller ?

21-07-2017_00-01-17

 

- Tu te fous de moi ? Tu n'as déjà pas fait tes devoirs, tu n'es pas sérieuse ! Et puis, on ne va pas remplir notre maison d'ordures des autres ! Je te croyais raisonnable.

Je fronce les sourcils, me retenant de me lever brusquement. Je n'ai jamais le droit de faire ce que je veux ! Oui, peut être que je ne suis pas la première de la classe. J'ai quatorze de moyenne, je ne suis pas dans les derniers, pourtant... J'en ai marre...

21-07-2017_00-02-08

 

Je finis d'avaler mon yaourt et m'enferme dans la salle de bain. Je retire mon pyjama, que je laisse traîner par terre et entre dans la douche.

21-07-2017_00-02-38Sentir l'eau couler sur ma nuque est agréable. Pourtant, je ne souris pas. Je n'arrive pas à me consoler. Et j'en ai assez. Mon père est mort, bon sang ! Le seul qui m'aimait vraiment, celui qui a bordé mon enfance... Je ne cesserai jamais de l'aimer.

21-07-2017_00-06-28

 

Après m'être habillée, je me rend dans la grande ville de San Myshuno, précisément dans le Quartier des Epices. C'est coloré, mais contrairement aux vendeurs et aux jeunes, je garde un visage ferme. Essayer de s'amuser... C'est assez dur. Je m'assois sur un pouf auprès d'une machine à bulle. Curieusement, cela n'a pas l'air d'être pour les enfants, je ne sais pas pourquoi...

21-07-2017_00-07-11

 

C'est drôle de souffler dans ce tube. Les bulles s'envolent dans les airs et éclatent finalement. Papa, il aurait adoré cette machine... Raah, il me manque beaucoup trop. Et moi, je suis ingrate ! Je pars m'amuser alors qu'il a souffert. Je veux tuer ce foutu chauffard, je veux l'égorger, le piétiner. Apparemment, c'était un homme ivre, qui n'a pas su éviter la petite voiture de Papa. Je suis sûre que lui, il s'en fout, et qu'il s'en est sorti ! Je le hais...

21-07-2017_00-08-40

 

Morose, je m'achète une espèce de nourriture étrangère. Une sorte de boule, de la couleur de la pâte à  pain. C'est moelleux, mais je ne me souviens pas de ce nom. Quand j'étais petite, Papa et moi, nous avions goûté du curry. J'ai eu la gorge en feu...

21-07-2017_00-10-27

 

Une femme semble jouer de la guitare, mais son instrument est étrange. Les cordes sont là, mais la structure... Ce sont des bouts de bois ! Comment peut elle réussir à produire un son ? C'est un mystère. Je demanderais peut être à Pa...

...

21-07-2017_00-11-11

 

Je sors mon cahier d'exercices et attaque mes quelques devoirs. J'ai une évaluation de français demain... Oui, je vais retourner en cours. Je n'en avais pas la motivation. Les professeurs vont vouloir éprouver leur compassion, mais en réalité, les élèves vont probablement me railler à ce sujet. Avant, c'était mon père qui m'aidait... Je baisse les yeux et essuie une larme de ma joue. Je déprime.

21-07-2017_00-11-52

 

Une fois que j'ai terminé mes exercices, je sors un tube à bulle de ma poche. Il y en avait quelques uns à la maison, et j'en ai récupéré un. C'est toujours un divertissement de les voir s'envoler. Celles-ci sont rouges, et je sais que selon le festival ou le magasin où on les achète, ils peuvent être de couleurs différentes. 

21-07-2017_00-14-07

 

Je range mes affaires et m'en vais de la foule abondante. Dans mon coeur, j'ai l'impression d'avoir oublié quelque chose. J'ai la sensation de devoir faire quelque chose. Soudain, je comprends. Je prend une grande inspiration, puis je m'en vais.

21-07-2017_00-39-23

 

Je sens mon coeur battre la chamade. Je dois le faire... J'avance doucement, et pousse le grand portail noir. Il grince légèrement, mais je n'y prête pas attention et avance sur l'allée de pierre. Je sais que je me fais souffrir, mais j'avais besoin de faire cela. C'est beaucoup trop important pour moi. J'ai peur de l'oublier. C'est comme les personnes à qui on promet de venir, sans vraiment le faire...

21-07-2017_00-39-41

 

Dès que je suis en face de la pierre tombale de Papa, je pleure. Je ne peux plus me retenir. Il me manque terriblement. Même si je sors, si je vis, il y a une grande cicatrice dans mon coeur. Il m'a toujours chouchoutée. Pourquoi je ne lui ai pas dis que je l'aimais ? Perdre un enfant peut être dur pour un parent. Mais pour un enfant, perdre l'un de ses parents est tout autant douloureux...

21-07-2017_00-39-59

 

Mes larmes ont mouillé mes joues. La belle rose que j'ai déposé est toujours là... Mais un jour, elle va faner, comme lui. Et elle dépérira. Si je pouvais souhaiter une chose, ce serait de pouvoir de nouveau me blottir contre Papa. J'ai du mal à ne pas tomber, à ne pas m'appuyer contre ce tronc d'arbre. J'ai envie de laisser une lettre jusqu'à sa tombe.

21-07-2017_00-40-22

 

Tremblotante, je me rends compte qu'il est tard. Je devais rester à la maison, aujourd'hui. Ma mère va me tuer. Sincèrement, à vrai dire, je m'en fous totalement. Elle ne peut pas comprendre mon ressenti. Oui, c'est sûr qu'elle l'aimait, il était son mari, et elle a eu une fille avec lui. Mais moi, il m'a éduquée pendant quinze ans. Et pendant certains moments, ça a dû être dur. Je sais que souvent, j'ai été malpolie. J'ai été une ado rebelle, peut être que je le suis restée... Et il m'a supportée. Il a peut être été légèrement ferme des fois, mais c'était pour mon bien. J'essuie mes larmes de la main et sors du cimetière, la boule au ventre.

21-07-2017_00-40-49

 

Une fille de mon lycée passe dans la rue, mais je ne prend pas la peine de la saluer. Je sais que ça peut paraître méchant... Mais je n'ai pas la tête à papoter. Après tout, ce n'est pas mon amie, juste une personne "populaire".

21-07-2017_00-42-45

 

Je rentre dans ma chambre une fois chez moi, la tête basse. Je n'ai qu'un objectif, aller me cacher sous les draps et déverser absolument tous les sanglots que mon coeur a retenu jusqu'ici.

21-07-2017_00-43-10

 

J'ai mal... Je crois que, comme le disent ceux qui adorent les citations un peu niaises, seul le temps peut guérir mes blessures... Soudain, j'entends la porte de ma chambre grincer. Je sors de mon cocon moelleux, déprimée.

21-07-2017_00-44-04

 

C'est ma mère qui est à l'entrée de ma chambre, les sourcils froncés. Je baisse les yeux. Elle a fini d'écrire tous ses rapports, apparemment. De toute façon, dès qu'elle est là, c'est pour me crier dessus ou me faire des reproches. Je sens que je vais passer un sale quart d'heure...

21-07-2017_00-44-32

 

- Je t'avais pourtant interdit d'aller à ce foutu vide-grenier de malheur ! Tu me déçois Iris. Tu penses que tu peux tout faire, et faire ce que tu veux, du haut de ton âge ?

- J-je...

21-07-2017_00-48-27

 

Tête basse, je m'assois sur mon lit. Ma mère me rejoint, en me fixant, attendant de voir ce que j'ai à dire. Tristement, je dis :

- Il me manque... Maman... Je... Je me sens abandonnée... Pourquoi il est parti...?

21-07-2017_00-48-34

 

- N'essaie pas de jouer sur ma corde sensible, bon sang ! Tu penses qu'il n'y a que toi dans ce monde ? Que tu es la reine, que tu es la seule à pleurer ? La prochaine fois que tu me fais ce coup là, tu seras sanctionnée sur tes loisirs, et privée de sortie ! Tu n'es pas seule au monde, d'accord ?!

Je reste sans voix. Elle ne comprend pas. C'est sûr. Je ferme mes paupières pour ne pas à voir son visage sévère, et pour cacher les sanglots que je suis sur le point de libérer.

21-07-2017_00-48-3721-07-2017_00-48-51

 

Je baisse la tête. Ma mère gromelle encore quelques mots mais ne bouge pas de mon lit. Finalement, elle dit les paroles qui sont comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase, ce qui me fait écarquiller les yeux de terreur et de tristesse :

- Tu me déçois, Iris Turner. Tes conneries, j'en ai assez. Si tu te crois si importante, détrompe toi, tu es encore une gamine irresponsable et...

 

21-07-2017_00-49-39

 

Je me lève brusquement et sors de la chambre, sans lui laisser le temps de finir. Elle regarde vers moi, mais je ne veux plus l'écouter. Je me traîne dehors, dépourvue de toute émotion semblable à de la joie. Je me sens vide. Et seule, très seule. Elle s'en est toujours foutu de moi !

21-07-2017_00-49-55

21-07-2017_00-50-12

 

Dans la rue, j'avance. Au début, j'ai du mal à avancer. Je suis exténuée. Mais je ne veux pas rester dans cette fichue maison cette nuit. Entendre des reproches est épuisant. Oui, je sais, je ne suis pas parfaite ! Oui, je suis peut être une adolescente affreuse au quotidien ! Mais je suis endeuillée, bordel...

21-07-2017_00-50-35

 

Dès qu'un banc se présente à moi, je m'affale dessus et ferme doucement mes paupières. Je somnole peu à peu. Il fait un peu froid, dehors, mais je m'en fous totalement. J'ai peur de faire un cauchemar, mais à qui puis-je le dire ? Quelle personne pourrait me consoler, maintenant que j'ai tout perdu ?

Mon âme résiste. J'ai juste peur que le cristal qui la représente soit fendu.

21-07-2017_00-50-43

 

Céline s'est également endormie.


 

BONSOIR :D

Voici la suite de mon histoire ! J'ai conscience de me répéter un peu sur certains termes, mais étant endeuillée et déprimée, Iris ne va pas se dire :

"Owai j'aime le cassoulet et la vie est belle"

Et si certains mots paraîssent grossiers, désolée, mais c'est le ressenti de la p'tite. Bref, j'espère que ce chapitre 1 vous a plu, j'essaie de poster la suite d'ici peu, bye ! ;)

 

Message rajouté n'ayant aucun rapport avec le contexte :

DUEBGZOVF JE VAIS RECUPERER MES PARTIES ET PHOTOS SIMS 3, ON VA CONTINUER LA FAMILLE TAYLOR GENS :DDDD